Nouveau compteur Gazpar pour le gaz naturel : fonctionnement de ce dispositif communicant, ses atouts et les interrogations qu’il suscite

GRDF, gestionnaire du réseau de distribution de gaz naturel, a mis au point ces dernières années un nouveau compteur communicant, équivalent de Linky pour l’électricité. Ce compteur Gazpar présente des atouts indéniables, mais son déploiement généralisé suscite méfiance et interrogations. Que penser de la polémique ?

Historique et déploiement du nouveau compteur Gazpar

Gazpar est le nouveau compteur communicant mis au point par GRDF et progressivement installé dans les foyers français consommant du gaz naturel. Ce projet s’inscrit dans un contexte de modernisation des dispositifs de comptage, encadré notamment par une directive européenne. Celle-ci indique que les États doivent mettre en place des outils intelligents et connectés, favorisant une participation active des consommateurs. La France a adopté ce principe dans son Code de l’énergie, et a lancé l’expérimentation du compteur Gazpar en 2011. Le déploiement a démarré fin 2015, avec un objectif de 11 millions de compteurs communicants à poser d’ici 2022.

Pour mener cette opération de grande ampleur, GRDF a d’abord identifié des zones pilotes, dans lesquelles 150 000 compteurs ont été installés : il s’agissait de communes situées en Île-de-France, en Bretagne, en Normandie et en Auvergne-Rhône-Alpes. Depuis 2017, le déploiement est en cours dans toutes les régions françaises et progresse par taches d’huile, à raison de 10 000 nouveaux compteurs Gazpar installés chaque jour durant six ans. La pose des appareils est réalisée soit par GRDF, notamment dans le cadre d’un emménagement ou d’un nouveau raccordement au gaz naturel, soit par des entreprises prestataires.

Quels sont les atouts de Gazpar par rapport aux anciens compteurs ?

Gazpar est un compteur de nouvelle génération, qui enregistre les données de consommation de gaz naturel et les transmet quotidiennement à GRDF. Pour le consommateur, il s’agit donc d’un système plus fiable et plus sûr, garantissant une facturation parfaitement fidèle à la consommation réelle du foyer. Le compteur Gazpar permet ainsi davantage de visibilité et de transparence. En effet, alors que les relevés étaient auparavant effectués tous les six mois, l’utilisateur peut désormais accéder, via son espace client sur le site Internet de GRDF, à ses données quotidiennes de consommation, en suivre l’évolution dans le temps et les comparer à celles de foyers similaires au sien. Selon la Commission de régulation de l’énergie (CRE), la mise à disposition de ces données devrait permettre d’atteindre une économie de 1,5 % en moyenne sur la consommation domestique de chauffage et d’eau chaude sanitaire.

Du côté du distributeur de gaz naturel, Gazpar dispose également de nombreux atouts. Appareil connecté, capable de transmettre des informations à distance, il constitue un outil précieux pour une gestion intelligente, efficace et durable du réseau de distribution du gaz naturel. Ainsi, outre une connaissance plus fine des habitudes de consommation des foyers, le compteur Gazpar permet à GRDF de limiter le nombre et la fréquence des opérations pour lesquelles une intervention à domicile est nécessaire. La relève des compteurs se faisant désormais automatiquement et à distance, les techniciens sont plus disponibles et plus réactifs en cas de problème.

controle consommation gaz

Le fonctionnement du compteur communicant Gazpar

Pour permettre la circulation des données de consommation, le compteur Gazpar s’appuie sur une solution de télé-relevé par ondes radio. Deux fois par jour, l’appareil transmet les informations enregistrées à un concentrateur installé en hauteur (sur un toit d’immeuble le plus souvent), via la fréquence 169 MHz, une fréquence proche de la bande radio FM. Chaque envoi du compteur vers le concentrateur dure moins d’une seconde. Le concentrateur est, quant à lui, muni d’une carte SIM, qui lui permet d’envoyer les données aux systèmes d’information de GRDF par les ondes mobiles. La transmission est alors équivalente à un appel téléphonique de quinze minutes par jour.

Les données reçues par GRDF sont traitées quotidiennement et peuvent ensuite être consultées par le consommateur dans son espace client sur le site Internet de GRDF. Par défaut, les données collectées sont journalières. Mais, s’il le souhaite, l’utilisateur peut souscrire à une option lui permettant de disposer d’informations plus détaillées, décrivant sa consommation heure par heure. Avec son accord toujours, il peut autoriser la transmission de ces données à des acteurs commerciaux, notamment des fournisseurs d’énergie.

La polémique autour du compteur Gazpar : quels risques pour le consommateur ?

Depuis les annonces de déploiement généralisé des compteurs Gazpar et Linky, des citoyens et des associations de consommateurs se font entendre pour exprimer leur méfiance à l’égard de ces appareils connectés. La polémique se concentre sur deux points sensibles : la question de la vie privée et l’exposition aux ondes électromagnétiques.

Mais contrairement à Linky, le compteur Gazpar n’utilise pas les courants porteurs en ligne, ou CPL, qui sont fortement critiqués par les détracteurs du nouveau compteur électrique. Les informations transmises par Gazpar au concentrateur passent en effet par une fréquence radio relativement faible, et les envois de données sont limités à moins d’une seconde, deux à six fois par jour selon la configuration. L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES) a donc conclu à une faible probabilité que l’exposition aux champs électromagnétiques engendre des effets sanitaires. Dans le cas du compteur Gazpar, cette exposition est bien plus faible que celle mesurée lors de l’utilisation d’un téléphone mobile, par exemple.

La transmission et la protection des données de consommation suscitent d’autres interrogations, car ces informations sont personnelles et appartiennent à l’utilisateur. Pour sécuriser les échanges d’information, GRDF a mis au point un système de cryptage à la source, en collaboration avec l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (ANSSI) et sous le contrôle de la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL). Les données collectées par le compteur Gazpar sont donc chiffrées avant envoi pour éviter les interceptions frauduleuses. En outre, elles ne contiennent aucune information permettant d’identifier directement le client, le rapprochement étant uniquement effectué dans les systèmes d’information du gestionnaire du réseau de distribution.