Nouveau compteur Linky : tout comprendre, de son origine à son fonctionnement

Le compteur Linky équipera bientôt tous les foyers français. Il s’agit d’un nouveau compteur électrique intelligent, capable de communiquer des informations sur votre consommation d’énergie à Enedis, qui gère le réseau de distribution électrique. Quels sont les avantages et les risques associés à cet équipement ?

Aux origines du compteur Linky

Il faut remonter à 2006 pour comprendre l’apparition du compteur communicant Linky en France. À cette date, l’Union européenne, via des directives, encourage ses états membres à lancer des évaluations sur des compteurs intelligents et, si ces tests s’avèrent concluants, à les déployer auprès de plus de 80 % des utilisateurs d’ici 2020.

Les nouveaux compteurs intelligents sont ainsi censés apporter plusieurs bénéfices, parmi lesquels :

  • Améliorer l’utilisation de l’énergie et la rendre plus efficace
  • Permettre la mise en place de nouvelles offres pour favoriser les économies d’énergie pour les particuliers
  • Informer les clients sur leur consommation d’énergie, afin qu’ils puissent mieux la gérer
  • Constater une baisse globale de la consommation d’énergie

Par la suite, la Commission de régulation de l’énergie (CRE), organisme d’autorité en France, a analysé les recommandations européennes et a élaboré plusieurs axes de développement sur le territoire, dont la mise en place de compteurs intelligents. Cela devait permettre de répondre plus facilement à l’ouverture du marché de l’énergie à la concurrence, instaurée en France en 2004 pour les professionnels, et en 2007 pour les particuliers.

L’histoire du compteur intelligent Linky

Pour bien appréhender l’histoire du compteur Linky, il faut comprendre l’histoire du compteur électrique. Dès la fin du XIXe siècle est apparue la nécessité de mesurer la consommation d’électricité, afin de facturer les clients en fonction de leur usage. La première version du compteur fonctionnait avec des électrodes, sur lesquelles se déposait de la matière avec la consommation d’électricité. En 1894, ce système est remplacé par un disque, dont la vitesse de rotation augmente avec la consommation d’énergie. C’est ce procédé qui est exploité, en 1963, par EDF, qui déploie son Compteur Bleu dans toute la France.

Avec les directives européennes de 2006, la France lance un projet de nouvelle génération de compteurs électriques. C’est ERDF, filiale d’EDF chargée de la distribution d’électricité et qui changera de nom pour s’appeler Enedis, qui donne le coup d’envoi en 2007.

En 2009, plusieurs expérimentations sont lancées, notamment en Indre-et-Loire, à Lyon et en Bretagne, s’appuyant sur la pose de plus de 300 000 compteurs communicants. Parallèlement, ce nouvel équipement se voit attribuer un nom : il s’appellera compteur Linky.

En 2011, considérant que les retours d’expérience sont positifs, la CRE indique que les critères d’évaluation sont respectés et émet un avis favorable. Par conséquent, les pouvoirs publics annoncent la généralisation du compteur Linky à toute la France. Le planning de déploiement est alors établi et s’affine au fur et à mesure des années, pour un objectif d’au moins 90 % des foyers équipés à horizon 2021.

Compteur Linky

Les caractéristiques du compteur électrique Linky

Le nouveau compteur Linky a notamment pour but de corriger certains défauts du compteur traditionnel. En effet, ce dernier implique une intervention humaine pour toute opération : relevé de la consommation, augmentation de la puissance, modification de l’option tarifaire, etc.

Le boîtier Linky, lui, est un équipement communicant. Le compteur peut envoyer directement des informations au gestionnaire du réseau de distribution Enedis. Par conséquent, votre consommation électrique pourra être transmise automatiquement. Cela permettra de vous proposer des offres adaptées à vos usages, de réduire les coûts de mise en service, ou encore de mettre fin au relevé du compteur par un technicien Enedis. De plus, de nouveaux services pourront vous être accessibles, tels que la consultation de vos données précises de consommation ou le pilotage intelligent de vos équipements électriques.

Afin de transmettre ces différentes informations, le compteur électrique Linky tire profit de la technologie courants porteurs en ligne (CPL). Il s’agit d’un système exploitant les câbles électriques pour véhiculer des données. C’est par cet intermédiaire que votre compteur Linky peut envoyer des consignes à vos équipements électriques et des informations vers des concentrateurs, situés dans des postes de distribution électrique. À partir de là, les données sont envoyées à Enedis par le réseau mobile GPRS. L’entreprise peut alors les exploiter et les mettre à votre disposition, via un espace personnel ou votre fournisseur d’énergie.

Le nouveau compteur Linky sujet à polémiques

L’arrivée du compteur communicant Linky s’est accompagnée de quelques inquiétudes de la part de certains consommateurs. Ces interrogations portent principalement sur trois sujets autour de cet outil, et Enedis a répondu à chacune des questions.

Premièrement, des doutes ont été soulevés sur les risques sur la santé que pouvait engendrer la pose d’un compteur Linky. En effet, ce dernier communique des informations en passant par la technologie CPL, ce qui implique l’émission d’ondes électromagnétiques. Or, d’après l’Organisation mondiale de la santé (OMS), ces dernières peuvent, dans certains cas, être cancérogènes pour l’homme. De son côté, Enedis affirme que le compteur Linky ne modifie pas significativement le niveau de champ électromagnétique. Pour étayer ses propos, l’entreprise s’appuie sur une étude qui démontre que les valeurs sont inférieures aux limites réglementaires et que les risques sur la santé des particuliers sont similaires à ceux induits par d’autres appareils électriques.

Ensuite, il a été question des données personnelles récoltées et transmises par le compteur intelligent. Ce dernier étant capable de communiquer votre consommation électrique, il semblait alors possible d’établir votre profil, à partir de vos habitudes de vie, telles que le nombre d’occupants dans votre logement, vos périodes d’absence, etc. Du côté d’Enedis, on précise que les informations concernent le foyer dans son ensemble, et non le détail des consommations de chaque équipement. De plus, l’entreprise respecte les obligations et les recommandations de la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) et de l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (ANSSI). Par conséquent, les usagers restent propriétaires de leurs données et peuvent décider, ou non, de les transmettre pour obtenir des offres adaptées à leur consommation.

Enfin, la question du financement des compteurs Linky a fait débat, certains consommateurs craignant que le coût d’installation ne soit répercuté sur leur facture. Enedis a alors répondu que cette mise en place était totalement gratuite pour le consommateur. L’entreprise pourra, elle, faire des économies grâce à la transmission automatique d’informations, qui évitera le coûteux système de relevés des compteurs.

Linky, un nouveau compteur d’EDF ?

Afin d’éviter tout amalgame, il est important de comprendre que la mise en circulation du compteur Linky ne relève pas de la responsabilité d’EDF. Depuis l’ouverture du marché de l’électricité, l’entreprise représente un fournisseur parmi d’autres. La transition vers le dispositif Linky, depuis le choix du compteur jusqu’à sa mise en place, est à l’entière initiative d’Enedis. Anciennement ERDF, il s’agit du gestionnaire du réseau électrique, qui n’est associé à aucun fournisseur en particulier et qui ne remplit pas lui-même la fonction de fournisseur d’énergie. C’est lui, en revanche, qui est amené à intervenir en cas de panne liée au réseau, par exemple. Le compteur Linky concerne donc tous les usagers du réseau électrique, qu’ils soient clients auprès du fournisseur historique ou d’un fournisseur alternatif. Il est ainsi impossible de changer de fournisseur pour pouvoir refuser la mise en place de Linky et l’installation de ce nouveau type de compteur reste obligatoire. En ce qui concerne l’exploitation des données enregistrées, elles sont transférées à Enedis qui les transmet ensuite au fournisseur correspondant. EDF n’a alors accès à la consommation que de ses clients et non de ceux qui dépendent d’autres fournisseurs. Cela n’interdit pas à EDF de proposer à ses clients plusieurs outils tirant parti des fonctionnalités du compteur communiquant, comme la plateforme e.quilibre, utile à l’analyse de ses consommations d’électricité en ligne. Cependant, le fournisseur historique n’a pas l’exclusivité de l’utilisation des données Linky et d’autres fournisseurs alternatifs proposent également des outils pratiques : c’est le cas de Direct Energie et de sa clé ATOME qui permet le contrôle des consommations depuis un smartphone.